Formulaire inscription GRC
Acceo
Rosny plage : un cocktail de fraicheur et de jeux
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
AVC
Accident vasculaire cérébral

AVC Agir vite c'est important. Apprendre les signes.

L’accident vasculaire cérébral ou AVC est une complication d’une maladie vasculaire, qui touche le cerveau.

On distingue :

  • les AVC secondaires à une hémorragie (AVC hémorragique) et
  • ceux faisant suite à un arrêt brutal de l’oxygénation d’une partie du cerveau (AVC ischémique).

L’AVC est la première cause de handicap en France et la 3e cause de mortalité.
La principale cause de l’AVC hémorragique est l’hypertension artérielle tandis que l’athérosclérose et les embolies sont le plus souvent à l’origine des AVC ischémiques.

L’AVC se manifeste brutalement par l’installation soudaine de signes neurologiques et doit être traité en urgence. Il peut être mortel en l’absence de prise en charge.

La précocité des soins permet de diminuer le risque de séquelles permanentes :

  • troubles du langage,
  • déficience motrice,
  • état végétatif.

Apprendre à repérer les signes d’un AVC pour agir vite

Les liens utiles

Les facteurs de risques
Une large étude mondiale statistique a été lancée : l’étude INTERSTROKE ; elle a rassemblé les données obtenues dans 22 pays, sur 3 000 cas afin de connaître les principaux facteurs de risque.
Les résultats de cette étude ont démontré que 5 facteurs de risque sont associés à 80% des cas :

  • L’hypertension : (définie comme une pression artérielle supérieure à 160/90 mm Hg) : l’hypertension est associée à un risque 3,14 fois supérieur de développer un AVC ischémique et de 9,18 fois un AVC hémorragique. Il s’agit du facteur le plus important.
  • Le tabagisme : le fait de fumer régulièrement augmente le risque de faire un AVC ischémique d’un facteur 2,32 et un AVC hémoragique de 1,45.
  • Le risque augmente avec le nombre de cigarettes fumées : pour les AVC ischémiques, le risque est 1,7 fois supérieur pour 1 à 10 cigarettes quotidiennes contre un risque 6 fois supérieur pour plus de 21 cigarettes par jour.
  • L’obésité abdominale (définie par la masse corporelle et surtout par le rapport taille/hanche, qui permet de mieux apprécier l’obésité abdominale) : globalement le facteur de risque est en moyenne 1,5 fois supérieur pour les 4% des hommes ayant le rapport taille/hanche le plus élevé.
  • L’alimentation : déséquilibrée et trop riche, elle augmente le risque d’un facteur 1,3 (AVC ischémique) à 1,41 fois (AVC hémorragique). Ainsi, manger des fruits et du poisson diminue le risque (mais pas d’effet positif lié à la consommation de légumes), alors que manger trop de viande rouge et d’œufs l’augmente.
  • L’activité physique : avoir une activité physique régulière (marcher, faire du vélo, jardiner plusieurs fois dans la semaine) diminue le risque d’un facteur 1,47 (AVC ischémique) et 1,42 (AVC hémorragique).

4 autres facteurs expliquent 10% de cas supplémentaires :

  • La consommation d’alcool : supérieure de plus d’une fois par jour augmente le risque global d’un facteur 1,4 à 2,01.
  • Le diabète : représente un facteur de risque augmenté de 1,6 fois
  • Les facteurs psychologiques : tels que le stress, la dépression : 1,3 fois plus de risque
  • Les apolipoprotéines : sont des protéines constitutives des lipoprotéines, structures chargées de transporter des molécules hydrophobes (triglycérides, cholestérol) dans le sang, milieu aqueux. Elles assurent la cohésion et la solubilisation des lipoprotéines dans le sang. Elles ont aussi un rôle dans la régulation métabolique (activateur/inhibiteur d’enzymes plasmatiques ou ligands des récepteurs membranaires). Un rapport apolipoprotéine B/apolipoprotéine A1 élevé, accroît le risque d’un facteur 1,9.