Formulaire inscription GRC
Acceo
Rosny plage : un cocktail de fraicheur et de jeux
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Contraception

Aujourd'hui, la pilule a 60 ans et depuis, de nombreuses méthodes de contraception ont été mises au point : stérilets, anneaux, patchs, implants, préservatifs féminins…

Vie - Droits - Contraception

Aujourd’hui, la pilule a 60 ans et depuis, de nombreuses méthodes de contraception ont été mises au point : stérilets, anneaux, patchs, implants, préservatifs féminins…

Malgré cette grande diversité et même si l’utilisation des méthodes de contraception est élevée dans notre pays, le parcours contraceptif français reste stéréotypé avec une consommation concentrée : préservatif puis pilule puis stérilet.

Les couples ont la possibilité de choisir la contraception qui leur convient, car il n’y a pas de contraception idéale pour tous et pour toujours : en fonction du mode de vie, de la situation affective, de l’état de santé, des phases de la vie, les attentes varient.

Les jeunes femmes de 15 à 18 ans sont celles qui ont le plus souvent recours à cette intervention avec plus de 30 000 avortements par an en France dans cette tranche d’âge.

Les adolescents ont droit à la contraception, mais aussi à la parole et à la connaissance en matière de sexualité et de moyens contraceptifs.

Pillule et préservatif sont des contraceptifs

Mais la pillule ne remplace le préservatif qui permet de ne pas être contaminé par une infection sexuellement transmissible.
La pillule du lendemain est fortement dosée et peut avoir un impact ultérieur sur la fécondité ; elle ne doit être prise que si la situation l’exige.
Il est nécessaire d’utiliser un préservatif avec un nouveau partenaire.
La multiplicité des partenaires exige l’utilisation du préservatif.

Méthodes contraceptives

Institut national de prévention et d’Education pour la Santé (INPES)
Choisir sa contraception. Voir la vidéo

Pilule, patch, implant, anneau vaginal, DIU, diaphragme, cape cervicale, spermicides, préservatif masculin, préservatif féminin.
Ces dernières années, les méthodes contraceptives se sont beaucoup diversifiées.

Outre la pilule, le préservatif et le DIU (dispositif intra-utérin), les femmes peuvent aussi recourir à l’implant, au patch ou encore à l’anneau contraceptif.
Malgré cette diversité, en France, la majorité des femmes utilisent la pilule (55,5 % en 2010).

Or, nombre d’entre elles rencontrent des difficultés à prendre au quotidien leurs comprimés, ce qui a parfois pour conséquence une grossesse non désirée.
La France se trouve dans une situation paradoxale : en dépit d’une diffusion et utilisation massive de méthodes de contraception médicales efficaces, le taux de grossesses non désirées reste élevé.

Ainsi, environ un tiers des grossesses intervient alors qu’elles n’étaient pas prévues.
D’après le Baromètre santé 2010, 90,2 % des femmes sexuellement actives au cours des douze derniers mois, non stériles, ayant un partenaire homme, non enceintes et ne cherchant pas à avoir un enfant utilisent une méthode de contraception.

En 2010, 70,8 % des femmes de moins de 35 ans qui déclarent « faire quelque chose pour éviter une grossesse » utilisent la pilule.
Tout âge confondu, le Dispositif Intra Utérin (DIU, anciennement stérilet) est le second moyen de contraception le plus utilisé (26 %) mais il concerne, en premier lieu, les femmes plus âgées.

L’INPES diffuse une brochure d’information présentant les différentes méthodes contraceptives (pilule, patch, implant, anneau vaginal, DIU (dispositif intra-utérin), diaphragme, cape cervicale, spermicides, préservatif masculin, préservatif féminin)

  • leurs particularités et avantages
  • leurs prix et l’endroit où les obtenir