Formulaire inscription GRC
Acceo
Déplacement marché centre-ville
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
En un claquement de porte

Au cours des prochains mois, les bibliothécaires vous invitent à claquer la porte de votre médiathèque quadragénaire, à franchir le seuil de votre bibliothèque éphémère et à regarder par le trou de la serrure les avancées des travaux du nouvel établissement... Gare aux courants d'air, ce dossier en apporte la preuve : les portes ponctuent les scènes littéraires et cinématographiques.

FERMER

Romans adulte : Carole Martinez, Du domaine des murmures / Fred Vargas, Quand sort la recluse

Quand sort la recluse, l’excellent dernier roman de Fred Vargas a dans les méandres de ses toiles un effet de résonnance littéraire avec un roman un peu moins brûlant d’actualité… Sans en dévoiler le sel, l’histoire évoque sans le citer l’enfermement volontaire entre quatre murs du personnage principal du très beau roman de Carole Martinez, Du domaine des murmures. Entre les deux romans, quelques années, entre les faits quelques siècles. En 1187, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » à ses propres noces pour vouer sa vie à Dieu entre les quatre murs de sa cellule. La solitude ne sera qu’imparfaite et son destin de « recluse » isolée ne trouvera sa complète expression… Adamsberg, le commissaire tourmenté de Fred Vargas s’enfonce dans une affaire d’araignée, « la recluse » lui évoquant le sort de ces femmes sacrifiant leur liberté dans une cellule… Entre ces deux romans, un fil ténu entre deux très belles plumes, dressant avec effroi le portrait de l’enfermement.

Documentaire adulte : Ines Peyret, Les seniors et le sexe

En toute discrétion, cet ouvrage vient de rejoindre nos rayons. Ce n’est pas parce qu’on a 70 ans qu’on doit rester sagement allongé dans son lit dans l’attente d’une mort (qui comble de l’injustice, ne serait pas petite) … Il y a évidemment bien plus amusant comme activité ! Ce livre est un kamasutra d’un nouveau genre : vous y trouverez des positions pour pallier les problèmes de dos, de hanches, de panne, etc… Le tout joliment illustré par des schémas explicatifs et plutôt drôles. Sur la question de la prévention, notons un oubli : lors de vos prochaines vacances, mieux vaudrait ne pas regarder par le trou de la serrure … vous risqueriez de surprendre vos grands-parents !

ENTREBAILLER

Album jeunesse : La porte de Michel Van Zeveren

Mais qu’y a-t-il derrière la porte ? Actionnons la poignée et rentrons dans l’univers d’une jeune cochonne. Bien décidée à profiter d’un instant privé, elle commence à se pavaner devant le miroir de la salle de bain. Mais pas pour longtemps, car bientôt elle est interrompue par une maman truie en train de changer son tout-petit. Puis des jeunes cochons jumeaux ayant une envie pressante font irruption et ensuite un papa cochon se lavant consciencieusement les dents, jusqu’à ce que… oh ça suffit : LA PORTE ! En quelques coups de crayon, Michel Van Zeveren dépeint à merveille les humeurs de notre sensible petite cochonne, tour à tour surprise, agacée, ennuyée, furieuse ou tout simplement heureuse. Les pages dessinées dans une forme de halo donne un effet de zoom et ainsi une impression de voyeurisme comme-ci nous-même nous regardions par le trou de la serrure. L’auteur nous met donc dans un angle idéal pour épier avec attention les allées et venues de cette famille et de leur quotidien mais uniquement à travers le prisme de la salle de bain. Sans aucun texte, à pas feutrés sur la pointe de pied, l’auteur nous permet d’observer un moment d’intimité, ce moment rien que pour soi, celui qu’on attend parfois toute la journée…

Roman jeunesse : Sandrine Beau, La porte de la salle de bain

Le débarquement de toute la famille, à tour de rôle, dans la salle de bain pendant qu’on est sous la douche…. tout le monde connait. Dans ce moment-là, on est tous un peu la petite cochonne de Michel Van Zeveren. Derrière la porte, on cherche l’intimité, la tranquillité. Mia aussi se scrute dans le miroir, elle s’impatiente, elle espère. Quand sa poitrine va-t-elle pousser ? Elle sent et se réjouit que la transformation commence mais pour le moment personne ne remarque quoique ce soit. Jusqu’au jour où elle comprend que le regard des hommes changent et notamment celui du nouveau petit ami de sa mère. En très peu de pages, Sandrine Beau aborde le sujet de la pédophilie avec justesse. Evidemment, Mia ne subit pas le même sort fatal que Marion Crane dans Psychose. Cependant, encore une fois, cette pièce dans laquelle nous sommes tous si vulnérable devient un huis clos, étouffant et dangereux.

CLAQUER

DVD adulte : Quentin Tarantino, les 8 salopards

Comment fermer une porte récalcitrante quand les bourrasques perturbent les gonds ? Réponse dans le dernier film en date de Quentin Tarantino qui utilise cette fameuse porte comme ressort d’un running gag désopilant… Une fois encore, ce réalisateur connaît les règles du bon « huis-clos » qui se respecte : pour fermer l’espace encore faut-il une porte sur laquelle la camera puisse se poser. Dans un thriller horrifique, la porte grincerait. Dans un Vaudeville, elle se claquerait sur un cri (« ciel, mon mari ! »). Chez Tarantino, elle grince, claque sous les élans du vent, doit être fermée de force, soutenue par les bras et les jurons des cowboys… Un usage grinçant, sans huile, pour une ponctuation drôle et signifiante qui en plus de son petit effet a un sens dans la construction du récit : comment cette porte a-t-elle été cassée ?

DVD adulte : Michael Cimino, La Porte du Paradis

L’Amérique est-elle un paradis dont il faut franchir la porte ? Dans ce film de Michael Cimino, triste échec à sa sortie, l’arrivée de d’immigrés à l’aube des années 1890 se fait sous le regard méfiant et violent de certains américains dont nous suivons l’évolution depuis l’année 1870. Plus qu’une simple fresque sociale, il s’agit aussi d’une réflexion sur le passage du temps, d’une porte à l’autre, d’un âge au suivant. Un film qui n’a pas eu la faveur de la critique et qui avec talent est entré dans le cercle restreint des films à voir, à étudier. Un film qui ouvre sur une nouvelle ère à Hollywood.

Doc jeunesse : Florence Pinaud, à l’école des espions,

Métro, boulot, dodo très peu pour vous. Votre avenir vous ne le voyez pas à la SNCF, ni à EDF et pas davantage chez AXA mais bien plutôt à la DGSE, la CIA, la NSA, le MI6, le MOSSAD ou au FSD. Alors claquez la porte aux métiers conformistes et faites le choix du mystère, des opérations clandestines, des infiltrations, de la surveillance et de la manipulation. Devenez un agent double grâce à ce parfait manuel de l’espion qui forme les futurs James Bond et Mata Hari avec une session de cours en trois trimestres seulement ! Les modules, très complets, proposent une présentation du travail, puis une mise en pratique des méthodes d’espionnage et enfin l’évolution historique du métier. Sous couvert d’humour, ce documentaire est pourtant tout à fait sérieux et donne des informations fiables. La touche de légèreté et de malice se retrouve dans les illustrations au graphisme très contemporain. Un ouvrage de référence pour toutes les petites taupes.

OUVRIR

Documentaire adulte : Julien Knez, Paris, fenêtres sur l’histoire. De la Commune à Mai 68

En lien avec l’exposition des archives municipales actuellement à la Médiathèque Aragon sur l’histoire de Rosny, profitons de ce thème autour de la porte pour enjamber (avec effraction ou non) les fenêtres sur l’histoire de Paris. Julien Knez insère si parfaitement les photographies d’époques dans le Paris actuel qu’on a l’impression que les clichés ont été pris la veille et qu’on s’étonne du peu de changement en 150 ans. Du Paris le plus festif (valse rue des Canettes ou vielle photographie du Moulin-Rouge) au Paris le plus nauséabond (quand le drapeau nazi flottait rue de Rivoli), retrouvez toute l’histoire de Paris à partir d’un siècle de clichés. Avec des portes et des fenêtres en voulez-vous en voilà…

BD jeunesse : Krings, Agence Quanta

Le jour où le professeur Paterson a tué accidentellement sa propre fille en l’impliquant dans une expérience de voyage dans des mondes parallèle, il a aussi trouvé la clé qui ouvre les portes de l’espace et du temps. Cette clé, c’est une petite fille, Iona, qui deviendra un élément essentiel de l’Agence Quanta. La seule agence à proposer une prestation bien particulière à ceux qui peuvent se la payer : le voyage extra-temporel. Avec un trait dynamique et un rythme soutenu, Krings nous transporte dans une aventure SF pleine d’actions et de suspens. En plus d’une intrigue saisissante, les références de politiques contemporaines en font une BD tout public ; personne ne restera donc sur le palier !

Livre cd : Petit Robert et le mystère du frigidaire


Ecouter aux portes, ce n’est pas beau…mais à la porte du frigidaire on peut, surtout si elle est grande ouverte ! C’est la nuit de Noël, Petit Robert quitte sa chambre en espérant surprendre le gros bonhomme en rouge dans sa distribution de cadeaux. Intrigué par des traces de pas reliant la cheminée à la cuisine, il suit la piste et devant le frigidaire grand ouvert, tombe nez à nez avec … Ramon le Ramoneur, revendiquant le statut officiel de Père Noël. Pour le lui prouver, il va offrir à Petit Robert le cadeau de ses rêves : tout savoir sur ses voisins. Pour ce faire, nul besoin d’écouter aux portes, en bon Père Noël qui se respecte, les conduits de cheminées feront l’affaire. Et le frigidaire ? … c’est un mystère ! Un opéra rock déjanté qui ouvre grand la porte à l’imaginaire. Avec uniquement les bruits entendus dans chaque appartement, Petit Robert va découvrir la face cachée pas toujours rassurante de ses voisins et ainsi se rendre compte que les apparences sont parfois trompeuses. Les illustrations du livret dépliant, épaisses et sombres, traduisent à merveille la propension des enfants à imaginer le pire... Quant à la musique, le style pop-rock énergique habille parfaitement les textes des chansons tantôt tendres ou tantôt loufoques et dont le style et la richesse plairont autant aux petits qu’aux grands.

Documentaire adulte : Roberto Peregalli, Les lieux et la poussière

Même les ruines ont leur porte d’entrée ; suffit d’ouvrir les paupières et de voir les bâtisses du passé comme les témoins du temps perdu. Roberto Peregalli préfère les visages qui ont subi les assauts du temps aux architectures modernes et transparentes. Une fissure dans un plafond ou une façade est selon le penseur une ride ; la marque du temps. En douze petites pensées, Il invite à la redécouverte de ce qui se cache derrière les portes et les façades, à souffler la poussière sur un objet pour relancer sa mémoire et calculer le temps qui a passé à la lueur de notre présent, et ce, sans carbone 14. Si comme le dit l’auteur, les fenêtres sont le regard d’une maison, qu’en est-il de sa porte ? Attend-elle le « sésame ouvre-toi » ou d’être remplacée par une porte automatique coulissante ?

Pour vérifier la disponibilité de ces documents, accédez au catalogue en ligne