Formulaire inscription GRC
Acceo
Réunions publiques 2017
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Il y a parfois des mois sans

L'hiver s'installe et réjouissons-nous, il durera moins longtemps puisque le 29 février brille, cette année, par son absence ! L'équipe des médiathèques vous invite à prendre soin de vous, en puisant dans les collections la force d'affronter le manque de soleil, la rareté de la lumière, la privation de chaleur et l'éclipse de la nature. Et rappelez-vous qu'après l'hiver, le printemps n'est plus très loin.

Porté(e) disparu(e)

Roman adulte : La disparition, Georges Pérec

Voici un roman d’un individu qu’on n’attaqua jamais pour disparition de don brillant. Oui, un grand art pour un grand roman ! Un lisant ravi d’alors s’y amusa sans l’inconnu manquant, « un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal ». Ainsi donc un roman fou, pas lourd, pas doux pour un sou d’un champion du mot. Un polar subtil à offrir aux grands. Chacun pourra jouir du grand GP grandit par le fol art qui l’occupait. Un roman sans pour un mois sans. Ludo-fiction, dirons-nous. Roman hors du commun d’où pourrait surgir l’affirmation : « pour un bon roman, cassons des œufs »…. Comment, j’ai écrit un « e » ? Pfff, j’y étais presque… N’est pas Georges qui veut.

Roman jeunesse : L’homme à l’oreille coupée, Jean-Claude Mourlevat

Chaque soir dans un port de Norvège, un vieux marin raconte à son auditoire la raison pour laquelle il lui manque une oreille. Et chaque soir, son récit est différent : « Oh ça remonte à loin ! J’étais encore un petit garçon […] Mon oreille ? Oh, j’avais vingt-sept ans et j’allais me marier […] Vous me fatiguez avec cette oreille ! Je vous l’ai dit cent fois. C’était un soir où j’avais trop bu ». Il est en effet facile de raconter indéfiniment la même histoire. Il est bien plus difficile, et c’est là le talent d’un véritable conteur, de raconter une histoire de mille façons différentes. Faites le test, demandez à quelqu’un de vous lire l’histoire de l’homme à l’oreille coupée et laissez-vous enjôler par ce vieillard énigmatique et fabuleux et je ne parle pas de Jean-Claude Mourlevat (qui n’est pas si âgé que cela…) ! Avouez que vous vous demanderez, à l’issue de cette lecture, de quelle façon il a vraiment perdu cette oreille !

BD jeunesse : BOTS, Aurélien Ducoudray et Steve Baker

Au commencement était le vide. Puis les chiffres apparurent. D’abord 0 puis 1. La Confédération avait besoin de bons robots. Alors elle s’est organisée. Elle a créé des universitech avec de nouveaux diplômes. Et les robots se sont répartis selon leurs compétences pour servir la Confédération. Voilà comment l’intelligence artificielle a pu s’en sortir en l’absence de l’Humain. Car l’humanité a bel et bien disparue. Mais pas la guerre, étonnamment. Guerre(s) que fuient Rip-R, War-Hol et Snoop-I. Et dans leur fuite, ils vont découvrir… la dernière graine de l’humanité. Un bébé ! Fort d’un trait rugueux, tranché aux couleurs franches et vives, Bots offre un récit plein d’humour grâce à des références cinématographiques et de nombreux anachronismes, etc... A vous en faire perdre votre module vocal !

Documentaire adulte : Atlas des Cités perdues, Aude de Tocqueville


Connaissez-vous Jeoffrécourt, une ville française de 5000 habitants tenue en état de siège permanent par des blindés et des soldats ? Pas tout à fait ? Rassurez-vous, votre mémoire ne flanche pas : cette cité près de Reims a été entièrement conçue pour servir de lieu d’entrainement aux forces armées dans le cadre de combats urbains. A partir d’exemples insolites de villes oubliées, perdues ou abandonnées, dont certaines au destin prestigieux (Carthage en Tunisie, Teotihuacan au Mexique, Angkor au Cambodge ou Pompéi en Italie), revivez l’histoire urbaine à travers la plume érudite d’Aude de Tocqueville et des illustrations cartographiques de Karin Doering-Froger. Pour que l’absence et l’oubli de ces toponymes ne soient pas inéluctables…

Sans, la fête est plus folle

CD jeunesse : Les gribouillis, Pascal Ayerbe

Batterie ?… Absente ! Basse ?… Absente ! Saxophone ?… Absent ! Contrebasse ?...Absente ! Personne ? Qu’à cela ne tienne, malgré une absence totale d’instruments de musique conventionnels, Pascal Ayerbe nous livre des compositions toutes plus loufoques les unes que les autres mais toujours empreintes d’une incroyable musicalité. En tant que bidouilleur de sons qui se respecte, les râpes à fromage, grincements de portes, ou canards en plastique n’ont pas de secrets pour lui : Crrrrr, ziiiim, pouic, glinglingling, pouët ! Ça gratte, ça frotte, ça grince et ça couine pour le plus grand plaisir des auditeurs … A écouter d’urgence par des oreilles qui n’ont pas peur de rouler à côté de leurs jantes !

BD adulte : la tête en l’air, Paco Roca


Emilio un banquier âgé se retrouve placé dans une résidence par ses enfants, en raison d’absences qui ne cessent de les inquiéter. Dans ce lieu médicalisé, Il fait la connaissance de ses nouveaux compagnons et peu à peu, se découvre atteint de la maladie d’Alzheimer. Il risque alors d’être relogé à l’étage des causes perdues où sont relégués les pensionnaires les plus affectés par la maladie... mais c’était sans compter sur ses amis et voisins qui joignent leurs efforts pour lui éviter ce triste sort. Leurs stratagèmes vont rythmer leurs journées et apporter amour et tendresse à leur quotidien…Cette Bd nous fait penser à la chanson de Charles Aznavour « mes amis, mes amours, mes emmerdes » en y ajoutant un nouveau refrain : « ma famille, mes amis, mes absences ».

Documentaire adulte : Zéro déchet, Béa Johnson


Béa Johnson s’est lancée dans l’aventure du 0 % de production de déchet et ce n’est pas si simple a priori et peu aisé à reproduire chez soi… Mais, ne vous inquiétez pas, Béa est là pour vous donner un sérieux coup de main pour éradiquer vos déchets. Avec sa méthode tout y passe : cuisine, salle de bains, chambre, garde-robe, bureau, enfants, fêtes, sorties. Tout est une question de contenants réutilisables et de méthode. Voilà donc un guide pour vous simplifier la vie. Plus besoin de se demander qui sort la poubelle le soir… Un moyen bien utile pour éviter les disputes et les encombrants déchets.

Jamais avec toi, jamais sans toi

Album jeunesse : L’enciellement de maman, Roxane Lumeret


Dans une station spatiale très lointaine, la Biche vivait tranquillement en compagnie de son père et de sa mère. Un jour, sa mère est partie en mission sur une planète voisine et revient en hypothermie. Raide et congelée, la mère de la Biche ne redevint plus jamais ce qu’elle était. Dans une atmosphère de science-fiction, Roxane Lumeret dépeint subtilement les étapes du deuil d’un parent, ainsi l’irréalité de cette histoire intergalactique colle parfaitement avec l’appréhension d’un décès. Les illustrations aux styles variés et étonnants confirment la qualité de l’album. Un récit original à ne pas laisser passer…

Documentaire jeunesse : Adoption : Les ados racontent, Anne Lanchon


Comment vit on le fait d’être un enfant adopté ? Le défaut d’informations sur ses origines est-il forcément un problème ? A ces questions complexes, il n’y a pas de réponses toutes faites ! C’est ce que démontre ce documentaire qui laisse la part belle aux adolescents. Ils témoignent pour dire qu’il n’y a pas qu’une mais des adoptions. Alors, loin du pathos ou des tabous mais avec justesse et une grande liberté de ton, l’auteure propose un tour d’horizon des sentiments ressentis par des adolescents adoptés. Au diable la culpabilité ou l’angélisme, affrontons les sujets délicats. Ainsi, l’absence de racines familiales peut aussi être une chance. N’oubliez pas ce que disait André Gide, « Familles je vous hais » !

BD adulte : La maison, Paco Roca


Se préparer à sortir, se vêtir, jeter derrière son épaule un dernier regard qui imprime en soi les lieux qu’on quitte sans retour. Eteindre la lumière de sa maison et en fermer la porte, une dernière fois. Voici le déroulé en quelques cases de la fin de parcours d’un homme. Un an plus tard, ses enfants retournent dans cette maison immobilisée par l’absence, hantée par les souvenirs qui se confrontent, s’entrechoquant même dans des discussions d’enfants à hauteur d’adulte. Dans les liens entretenus avec le disparu, dans ce mobilier, c’est la nature humaine qui a horreur du vide. Cette bande dessinée ne brillera pas longtemps par son absence au sein de nos rayons, nous allons très vite en faire l’acquisition… Préparez-vous à une vive émotion.

Etre absent au monde…

Documentaire adulte : 25 ans de bagne, Paul Roussenq


Comment rester libre en l’absence de liberté ? Ce livre en est le témoignage extraordinaire. C’est celui d’un anarchiste, antimilitariste, qui a passé 24 ans de sa vie au bagne, dont la moitié au cachot. Nous sommes en 1909 lorsque Paul Roussenq, condamné au bagne pour ses actes antimilitaristes, arrive en Guyane. Publié pour la première fois en 1934 après son retour, son récit décrit le quotidien d’un bagnard, mais aussi ses luttes de l’intérieur contre les conditions de détention, les traitements injustes et dégradants, l’administration pénitentiaire corrompue… L’histoire d’un homme libre, debout, combatif, malgré cette absence physique de liberté, pourvu d’une plume acérée, révoltée, poétique parfois, continuant à revendiquer ses droits sans répit. Un livre touchant où absence rime avec présence.

Roman adultes : La rentrée n’aura pas lieu , Stéphane Benhamou


Fin du mois d’août. Le Ministère des Transports et de l’Aménagement du Territoire est en ébullition car, comme chaque été, Bison Futé voit noir pour ce dernier week-end avant la rentrée. Or, cette année, rien ne se produit. Les autoroutes demeurent étrangement vides et les aoûtiens – 11 millions de personnes - répondent absents à leurs postes de travail et sur les bancs des écoles. Les premières semaines, la situation intrigue et amuse mais lorsqu’elle perdure, la répression de cette mutinerie buissonnière apparaît comme nécessaire.. .Après Paul Lafarge à la fin du XIXème siècle, c’est une nouvelles éloge à la paresse que propose avec malice Stéphane Benhamou. À l’heure de la reconnaissance du droit à la déconnexion et de la dénonciation du phénomène de burn out, cette fable moderne questionne le fait qu’une société entière puisse arriver au « point de rupture » . A votre tour de faire une parenthèse dans vos activités pour apprécier ce petit roman décapant.

Pour vérifier la disponibilité de ces documents, accédez au catalogue en ligne