Formulaire inscription GRC
Acceo
Rosny plage : un cocktail de fraicheur et de jeux
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Maladies infectieuses

Les maladies infectieuses peuvent se transmettre, directement ou indirectement, d'une personne à l'autre. Des conseils pour éviter leur propagation.

Les maladies infectieuses sont causées par des micro-organismes pathogènes
tels que les bactéries, les virus, les parasites ou les champignons

Pour éviter la transmission des virus

Chaque membre de la famille doit adopter des gestes simples et quelques précautions.

- Se laver les mains systématiquement et plusieurs fois par jour, notamment avant de préparer un repas ou de s’occuper d’un enfant à l’eau et au savon pendant 30 secondes.

- Si vous avez un rhume ou que vous toussez, portez un masque chirurgical (en vente en pharmacie) pour vous occuper d’un bébé, et demandez-le également à toutes les personnes qui s’occupent de lui.
Si vous êtes enrhumé ou en période d’épidémie, n’embrassez pas votre enfant sur le visage, ni sur les mains.
Ce conseil s’applique également à tout l’entourage (frères, sœurs, etc.).

- Aérer toutes les pièces de la maison pendant 10mn chaque jour.

- N’échangez pas dans la famille et l’entourage les biberons, les sucettes, les couverts et verres non nettoyés.

- Évitez de rendre visite si vous êtes malade ou votre enfant à des personnes enrhumées ou grippées.
Inversement, demandez à une personne enrhumée ou grippée de reporter sa visite.

- Évitez d’emmener un bébé ou une personne âgée dans des endroits publics où ils risqueraient d’être en contact avec des personnes enrhumées (centres commerciaux, transports en commun…).

Méningites et méningocoques

Ces maladies sont provoquées par une bactérie, le méningocoque, dont il existe deux formes principales d’infections

  • la méningite
  • la septicémie

Les méningites peuvent aussi être liées à d’autres bactéries, ou encore à des virus ou à des champignons.

Chez les petits

La bronchiolite

Chaque hiver, près de 30 % des enfants de moins de 2 ans sont affectés par la bronchiolite.
Cette infection respiratoire des petites bronches est due à un virus (pdf) respiratoire très répandu et très contagieux.
Cette épidémie saisonnière, potentiellement grave pour les nourrissons, débute généralement mi-octobre et se termine à la fin de l’hiver avec un pic durant le mois de décembre.

Des précautions pour limiter la transmission du virus.
Le virus se transmet lors des éternuements, de la toux, par les mains et les objets souillés par une personne infectée.
Le rhume de l’enfant et de l’adulte peut être à l’origine d’une bronchiolite chez le nourrisson.
La bronchiolite débute généralement par un simple rhume et une toux puis l’enfant est gêné pour respirer et il peut présenter des difficultés pour boire et manger.
Les quintes de toux sont très fréquentes et peuvent s’accompagner de sifflements.
En cas de signes de bronchiolite, il faut rapidement contacter votre médecin qui confirmera le diagnostic.

La gastro-entérite

Une gastro-entérite est une infection inflammatoire du système digestif pouvant entraîner des nausées, des vomissements, des crampes abdominales, de la diarrhée ainsi que de la déshydratation, de la fièvre et des céphalées (maux de tête).
Dans la majorité des cas, elle est causée par une infection virale.

Eviter la déshydratation

Chez les nourrissons et les jeunes enfants, elle peut provoquer une diarrhée aigüe, susceptible de conduire à une déshydratation (pdf), qui en constitue le principal danger.

Trois réflexes en cas de diarrhée chez le jeune enfant :

- Proposez à votre enfant de boire une solution de réhydratation orale (SRO) à volonté et, au début, plusieurs fois par heure. S’il vomit, rafraîchissez la solution et faites-lui en boire à petites gorgées.
Pensez à toujours avoir des sachets de SRO avec vous afin de pouvoir réagir rapidement.

Ils sont disponibles en pharmacie sans ordonnance et remboursés par l’Assurance maladie sur prescription jusqu’aux cinq ans de l’enfant

- Proposez régulièrement à votre enfant de manger des aliments qu’il apprécie ou poursuivez les tétées si vous l’allaitez.

- Surveillez votre enfant jusqu’à la fin de la diarrhée

  • en prenant sa température
  • en surveillant le nombre de selles, de vomissements et la quantité de solutions de réhydratation ou d’aliments consommés

Soyez très attentif à son comportement et à l’évolution de la maladie : s’il n’est pas comme d’habitude, ou si les symptômes persistent, contactez son médecin.