Formulaire inscription GRC
Acceo
Rosny plage : un cocktail de fraicheur et de jeux
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Maltraitance

Le 39-77 a été créé dans le cadre du Plan national de lutte contre la maltraitance et de promotion de la bientraitance. - Il s'adresse aux personnes âgées de plus de 60 ans et adultes handicapés victimes de maltraitances.

Le 39-77, un numéro national

Lundi au vendredi, de 9h à 19h

Le coût est celui d’une communication locale depuis un poste fixe.
L’écoute est assurée par les professionnels salariés de l’association HABEO : psychologues cliniciens, travailleurs sociaux...
Ces professionnels sont spécialement formés à l’écoute des situations de maltraitance.
Le regard extérieur de professionnels facilite la médiation qui, dans la grande majorité des cas, est préférable au recours à la justice.

Ce numéro pour qui et à utiliser par qui ?

- Il s’adresse aux personnes âgées de plus de 60 ans et adultes handicapés victimes de maltraitances.
- Aux particuliers et professionnels

  • témoins de maltraitances ou de situations à risque
  • s’interrogeant sur le bien-être d’une personne âgée ou d’un adulte handicapé
  • ayant des difficultés dans l’aide ou le soin apporté à une personne âgée ou handicapée

Qu’est ce que la maltraitance ?

Les termes de « maltraitance », « maltraitants » recouvrent des réalités complexes.
Les situations de maltraitance sont souvent la combinaison de facteurs dûs à l’environnement, à la personne victime, à son entourage (dont la personne responsable des actes de maltraitance).
La maltraitance est un ensemble de comportements ou d’attitudes qui compromettent le bien-être d’une personne.

- Les maltraitances psychologiques
Dévalorisation, insulte, menace, culpabilisation, humiliation, harcèlement...

- Les maltraitances physiques
Coup, gifle, mauvaise manipulation...

- Les maltraitances financières
Vol, procuration abusive, privation de ressources

- Les maltraitances médicales
Excès ou privation de médicaments, privation de soins, d’examens, contentions abusives...

- Les maltraitances civiques
Limitation des contacts avec l’extérieur, manipulation du vote, tutelle abusive...

- Les négligences passives (ou maltraitance « par inadvertance ») sans intention de nuire
Non satisfaction des besoins premiers ou défaut de mise à disposition des ressources disponibles.
Elles surviennent principalement par manque d’information ou de connaissance, de formation, par épuisement, sans le vouloir et le savoir.

- Les négligences actives (ou maltraitances intentionnelles), avec intention de nuire Refus délibéré de répondre aux besoins.
Elles sont de même type que les négligences passives : abandon, « oubli » des besoins fondamentaux, mise en danger, ...

Vous êtes témoin, victime ou auteur de maltraitances et souhaitez sortir de cette situation douloureuse ?
Consultez le dépliant explicatif de l’association Habeo et/ou appelez le 3977.

Vous pouvez également visiter le site d’Habeo

Le silence de toutes les personnes impliquées est une des raisons principales qui fait perdurer la situation de maltraitance. Pourtant, la non-dénonciation d’actes de maltraitance peut être sanctionnée au titre de non-assistance à personne en péril (Article 223-6 du Code Pénal).
Parler d’une situation préoccupante n’est pas un acte de délation, mais un moyen - parfois le seul - de protéger une personne vulnérable.