Formulaire inscription GRC
Acceo
[Start]  L’ouverture fabuleuse
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Ni princesse, ni super héros

Un jour, mon prince viendra… ou pas ! Mieux vaut ne pas perdre son temps à l'attendre. Qui a dit que la femme doit être belle et l'homme fort ? Parce qu'il faut reconnaître, quand c'est joli, ce n'est pas pratique et le rose pour se camoufler… les flamants en font tous les jours les frais. Être toujours au top, avoir constamment besoin de réaffirmer sa virilité, c'est fatiguant ! Et puis la vie privée de ces Bat, Super, X, Madame des neiges et compagnie est trop compliquée !! Mieux vaut être bibliothécaire, croyez-moi. Alors libérons la pression et puisons dans les collections des médiathèques l'énergie d'être extra dans l'ordinaire.

Anti-princesse, tu perds ton sang froid !

BD jeunesse : Zizi Chauve-souris t1 & t2 de Lewis Trondheim & Guillaume Bianco

Suzie, dite Zizi, petite fille espiègle et originale, possède un goût certain pour les combats contre les fourmis zombies et les falquenins. Dans cette entreprise, elle reçoit l’aide d’une chauve-souris bavarde qui a élu domicile dans ses cheveux un jour de grand vent. Mais Zizi a surtout l’envie pressante de grandir pour acquérir, enfin, un téléphone portable et sûrement aussi pour ne plus voir sa mère malheureuse. Heureusement, les cours de Yan Chi prodigués par la mémé du coin lui ont permis de développer sa dextérité à la cuillère en bois ; idéal pour tenter d’approcher le Grand Garou en toute sécurité. Et oui, puisque sachez-le, à toutes fins utiles, la morsure de Grand Garou permet de devenir adulte à chaque pleine lune ! Sous forme d’alternance de strips, Trondheim distille son humour absurde et jubilatoire au service d’un récit percutant d’une fillette éprise d’aventures et de liberté. Une héroïne cinglante à la répartie aussi saisissante que celle d’un Pico Bogue à la sauce Tim Burton. Guillaume Bianco nous réjouit toujours avec ses personnages attachants et morbides. La version féminine de Billy Brouillard n’a certes pas le don de trouble vue mais possède celui de nous faire rire aux larmes, indéniablement.

Roman adulte : Les cosmonautes ne font que passer, Elitza Gueorguieva

Dans la Bulgarie communiste, où la politique dirige la vie de chacun, l’héroïne de ce roman rêve de s’envoler vers les étoiles. A sept ans, quand on a un grand-père « vrai communiste » et des parents qui diffusent une radio interdite, l’entrée à l’école primaire « Youri Gagarine » est une révélation. Ni princesse, ni super héros, cette enfant pleine d’humour, de logique et d’astuce, se passionne pour l’histoire de la conquête spatiale et décide de devenir cosmonaute même si, autour d’elle, les filles veulent plutôt être « infirmières, ballerines, ou pareil que maman ». Dans ce récit à la deuxième personne du singulier, Elitza Gueorguieva évoque avec malice et humour l’enfance, ses rêves et ses tourments. Un premier roman au ton faussement léger, vraiment très bien !

Prédestination manquée, va !

Album jeunesse : Le chien qui voulait être chat de Philippe Corentin


Normalement, un chien, surtout de chasse, c’est fait pour courir après les lapins. Mais pas Routoutou qui préfère leur faire des confidences ! Ce chien de chasse correspond pourtant parfaitement aux critères : imposant, avec de grandes griffes, de grandes dents, et un aboiement féroce. Mais tout cela est trop fatiguant pour lui. Il souhaite changer totalement d’identité. Après tout, c’est vrai, pourquoi un chien devrait-il être dédié à la chasse ? C’est donc avec l’aide et les conseils de son ami GrandOreille que Routoutou va pouvoir choisir l’identité qui lui plaît. Entre lapin, cochon, chat, oiseau et poisson rouge, laquelle Routoutou choisira-t-il ? Philipe Corentin, lui ne change ni de style d’illustration ni d’écriture et mêle humour et imagination pour développer l’empathie du lecteur. Cette quête d’identité captive le lecteur jusqu’à la chute : à lui de découvrir et d’accepter comme il est, ce nouveau Routoutou…

Album jeunesse : Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon de Christian Bruel et Anne Galland, illustrations d’Anne Bozellec

Julie n’est pas une petite fille comme les autres : la tête en bas, les pieds en l’air, toujours prête à faire des bêtises et à dire des gros mots. Déçus que leur fille ne corresponde pas à leurs attentes, ses parents lui répètent sans cesse qu’elle est un « Garçon manqué ». Un matin en se réveillant, Julie découvre qu’une ombre de garçon la suit. Au début, amusante, cette ombre se révèle peu à peu inquiétante. La jeune fille se met alors à douter d’elle-même… Avec son trait en noir et blanc détaillé, cette ombre aux allures de Peter Pan réussit à réaliser tous les désirs secrets de Julie. Malgré la volonté conformiste des parents, Christian Bruel donne avec une grande sensibilité à son héroïne le droit d’avoir le droit. Son histoire, controversée lors de sa première publication en 1976, est rééditée sous un nouveau format et reste toujours autant d’actualité. Un album pour sortir des clichés identitaires et s’accepter comme on est parce que les petites filles ne sont pas toutes des princesses…

Théâtre jeunesse : Elle pas princesse, lui pas héros de Magali Mougel

Leïli se prépare : pantalon de rando, k-way, colle dans ses cheveux courts. Le look parfait pour son premier jour d’école. Nils aussi est nouveau. Avec son prénom bizarre, sa tête de martien et ses baskets qui « couiquent », les deux font la paire. Et il est certain que Cédric, la star de l’école, ne veut rien avoir à faire avec la moche et le muet. L’école, les parents et la société en général, quelle pression ! Qu’on soit ou non « dans le moule », il y aura toujours des exigences auxquelles répondre, des scrutateurs de la moindre imperfection. Cette pièce de théâtre, qu’on lit comme un roman, passe au crible les stéréotypes. L’auteure dresse le portrait de ces trois enfants avec tendresse. En dépit d’un sujet difficile, le texte est joyeux et souvent drôle. Alors, peu importe la case dans laquelle on vous range, tout ira bien, vous devriez vous en sortir.

Vaisselle et cambouis

CD jeunesse : Le papa-maman d’Angelina Galvani

Ni princesse, ni super héros mais plutôt princesse ET super héros : c’est le papa-maman ! Mireille n’a pas un papa comme les autres. Il est tout à fait comme un papa (avec de la barbe, un zizi et tout) mais il sert aussi de maman. C’est pourquoi il est toujours pressé et n’a jamais de temps pour Mireille. Là où l’histoire se complique, c’est quand son papa-maman lui présente Beautiful, sa future belle-mère (comme son nom l’indique), lui annonce l’arrivée de sa demi-sœur Anne Fr (qui n’a qu’une jambe, qu’un bras et qu’un œil, comme son nom l’indique aussi) ainsi que son départ à Paris pour gagner beaucoup de SOUS…Le ton est donné, c’est avec humour et loufoquerie que l’auteur aborde les sujets pourtant très sérieux que sont la monoparentalité, la famille recomposée, le manque de temps et la pression au travail. Une mise en musique de grande qualité, des illustrations colorées toutes en rondeurs ainsi que la présence de personnages connus des enfants tels que l’ogre ou la sorcière contribuent à dédramatiser le récit sans pour autant l’édulcorer.

Documentaire adulte : L’école apprend-t-elle l’égalité des sexes ?, Isabelle Collet

L’égalité ou l’inégalité nous est-elle inculquée dès notre plus jeune âge ? Les stéréotypes sont évidemment toujours largement véhiculés, notamment par les médias. Une pub pour la lessive ? C’est madame avec les bambins, une pub pour des voitures ? Ça sera pour monsieur. Il semblerait que tout cela nous ait été inculqué. Une fille jouant à des jeux considérés comme masculins est qualifiée de garçon manqué. Ce qui constitue un fait moins grave que la situation du garçon jouant à des jeux de fille risque le sobriquet homophobe. Dans ce monde, personne ne choisit son rôle sans risquer de subir une forte pression sociale. Ce livre tente de répondre à ces trois questions : Quels sont les mécanismes qui continuent à reproduire les inégalités entre les sexes ? Comment en finir avec les stéréotypes ? Et comment enseigner l’égalité ?

L’alter-héroïsme

Documentaire jeunesse : Les légendes noires (Anthologie des personnages détestés de l’histoire) de Sophie Lamoureux


Assez du super-héros qui porte sa culotte sur son collant, marre de la princesse à petits pois. La guimauve, très peu pour nous, on préfère les coriaces, les cruels et les méchants. Si en plus ces tyrans ont véritablement existé, c’est encore mieux. Chacun de nos héros torturés a droit à une double page avec sa carte d’identité, son histoire, son portrait officiel et humoristique. Les textes subtils et surtout pas manichéens sont d’excellentes entrées en matières pour découvrir nos génies maléfiques et pouvoir les resituer dans l’Histoire politique et sociales des Hommes. Régalez-vous à les découvrir ou les redécouvrir sous leur aspect le plus sombre et, pourquoi pas, vous en inspirer … ou pas !

Documentaire adulte : Les malchanceux de l’Histoire de France, Jean-Joseph Julaud

Les stéréotypes en Histoire ont la vie dure. Ne parle-t-on pas des « grands hommes » qui font l’histoire, qu’on imagine forcément viriles, courageux, battants et gagnants les batailles… Mais qui a dit que les révolutions étaient une affaire d’hommes ? Pour contrer ces stéréotypes, voici les destinées d’Olympe de Gouge, mais aussi de la jeune Cecile Renault, conduite à l’échafaud à 19 ans pour avoir seulement osé rêver de liberté. De même, qui a dit que les familles royales menaient une existence de luxe, oisive et calme ? Lisez donc les destinées des petits enfants de Clothilde, la reine des Francs…Et vous préférerez vite votre vie actuelle, sans regrets aucuns. Dans cette étude, l’histoire est aussi faite de gens et de héros ordinaires, d’hommes mais aussi de femmes, trop souvent oubliés des manuels scolaires et des récits officiels. Une histoire diverse et multiple, comme toute nation.

Documentaire adulte : David Bowie, l’avant-garde pop, Matthieu Thibault


« We can be heroes just for one day » (nous pouvons être héros, seulement pour un jour). Vous connaissez la chanson ? Le « Heroes » de David Bowie, en plein cœur de sa période berlinoise a tout d’un hymne. Ecrit et enregistré à deux pas du mur de Berlin en 1977, il raconte l’héroïsme d’amoureux prêts à tout pour se retrouver (jusqu’à devenir dauphin, roi ou reine…). Matthieu Thibault, auteur de cette somme définitive sur l’œuvre de l’artiste, nous raconte l’histoire et le rayonnement de la chanson : tout commence par la découverte d’un couple s’embrassant au pied du mur ; les fenêtres du studio hansa by the wall offrant une vue imprenable sur le rempart. Avec le temps, David Bowie révèlera qu’il s’agissait de Tony Visconti, son producteur, tentant de dissimuler une relation amoureuse aux yeux de son entourage… Tout part donc d’une aventure extra-conjugale ! Ce titre attaché à la ville de Berlin prendra un tout autre sens lors de son interprétation en 1987 à deux pas du mur de Berlin, les enceintes tournées vers l’est. En amour comme en art, soyons héroïques (ou du moins aventureux) !

De H à Z *

DVD adulte : Deadpool, Tim Miller


Deadpool est l’anti-super héros le plus atypique de l’univers Marvel. A l’origine, il s’appelait Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire et atteint d’un cancer. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui accélère ses pouvoirs de guérison tout en brulant sa peau le condamnant à une vie de paria, il va devenir Deadpool. Condamné à quitter sa fiancée mais armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a anéanti sa vie. Que cela fait du bien de voir un super-héros casser les codes à grands coups de guns, de George Michael et de punchlines graveleuses ! Le film étonne par son rythme et son efficacité. N’offrez pas le costume de ce super héros à vos enfants !

BD adulte : Jolly Jumper ne répond plus, Guillaume Bouzard


Sous le chapeau de cow-boy de Lucky Luke, des inquiétudes, des petites angoisses sont à exorciser le temps d’une aventure. Pourquoi Jolly Jumper ne lui parle-t-il plus comme avant ? Comment reconstruire l’amour perdu et faire rejaillir le feu d’un volcan qu’on pensait trop vieux ? Soixante dix années au compteur et pour la première fois, Jolly Jumper ne dit mot sans pour autant consentir… De quoi bouleverser un Lucky Luke déjà contraint d’arrêter de fumer (et de « brouter » son brin d’herbe !) qui pour surprendre sa monture changera même de chemise (tombant alors dans un triste anonymat). Voilà un héros parodique qui pour son anniversaire est une nouvelle fois parodié, mais avec le plus grand respect dû à l’œuvre originelle de René Goscinny ! Une BD terriblement drôle qui revisite l’héroïsme en bulles et dévoile les petites névroses des cowboys qui entendent des voix… Indispensable !

(* de héros à zéros)

Pour vérifier la disponibilité de ces documents, accédez au catalogue en ligne